Les amis de Louis Guillaume



Version imprimableVersion imprimable

L’ANCRE DE LUMIERE

A Marthoune.
 

La mer semblait de pierre calcinée, mate et pourtant transparente et, à une grande profondeur, sur un lit de sable gris, je distinguais fort bien l’ancre lumineuse qui m’empêchait de dériver.

Il était seul, mon bateau, seul au milieu de l’immensité noire et, seul à bord, penché au dessus de l’abîme, je ne quittais plus des yeux, minuscule et seule, elle aussi, dans le désert couvé par l’océan, cette croix de feu sous la courbe d’un sourire.

Et, à force de fixer sur elle mon regard, elle m’apparut comme un visage, comme ton visage nocturne, mon amie. Les bras de l’ancre devinrent ta bouche, la tige dessinait la ligne de ton nez et le jas celle de tes sourcils. Si distant et si attachant, c’était bien ton visage qui brillait là-bas, qui liait ma barque à la terre malgré les ressacs et les courants, et continuait de veiller, même lorsque je scrutais l’horizon.

— Lève l’ancre ! dit une voix soudaine.

Alors, tu poussas un cri si déchirant que je m’éveillai à ton côté.

Et notre lit tanguait dans l’ombre.


© Extrait de La Nuit parle, Subervie, 1961. Réédition L’Amourier, 2007.

Repris dans Poèmes choisis, Rougerie, 1977.